Ecrire

13Fév 2016

Une fois de plus les ennuis arrivent de la télévision, et en particulier de TF1. La chaîne a annoncé avec perte et fracas que la réforme de l’orthographe votée en 1990 serait appliquée dès la prochaine rentrée (2016-2017). Foutaises !

En effet, en 1990, une réforme importante de l’orthographe met en place des dispositions censées nous faciliter la vie, on peut ainsi écrire nénufar ou charriot, on peut aussi regrouper les noms composés, comme weekend ou portemonnaie, sans le tiret… Elle apporte aussi son lot de très bonnes nouvelles comme l’obligation d’accentuer les majuscules, chose trop longtemps délaissée par méconnaissance de l’outil informatique – rien de plus complexe que d’accentuer une majuscule sur un clavier d’ordinateur. Bref.

 Cette réalité qu’est la vie active d’une langue, elle change, elle mute, elle évolue, nous apparaît comme une angoisse nationale aujourd’hui. Rien de bien étrange derrière cela, il s’agit d’une agitation médiatique, d’un moment de trouble pour rompre l’ennui du quotidien. Auriez-vous souhaité conserver l’ancien français ? Le latin ?

Cette réforme avait été combattue en 1990, elle ne comporte aujourd’hui aucun caractère obligatoire et elle ne propose que des suggestions. Dans l’éducation, elle sert de base à la notation, je dis bien sert, au présent, car elle est applicable depuis 2008 (selon la bible de tout enseignant, le BO).

Pourquoi alors tout ce chambardement ?

Tout simplement parce que les éditeurs scolaires ont enfin décidé de se mettre à la page de l’orthographe, faute de savoir passer à l’ère du numérique, ils décident d’appliquer une réforme un demi-siècle plus tard…

TF1 et les autres tombent de Charybde en Scylla, vont de contrevérités en mensonges, et, faut-il encore le préciser, l’accent circonflexe ne va pas disparaître ! Il s’agira simplement de le rendre FACULTATIF (et pas de l’interdire) sur certaines lettres, comme les « i » et les « u » et pas dans tous les cas, il resterait d’usage au passé simple, à l’imparfait du subjonctif (à la troisième personne du singulier), au plus-que-parfait du subjonctif ou tout simplement lorsqu’il apporte une précision utile.

reforme-orthographe-jeune-nonobstant

Comme le précise la pauvre Najat Vallaud-Belkacem qui voit au racisme quotidien dont elle est la cible s’ajouter des accusations d’incompétence sur la réforme d’une époque où elle n’avait que treize ans :  » (…) l’accent circonflexe ne disparaît pas puisque les deux orthographes peuvent continuer à être utilisées. »

Bravo à TF1 alors, bravo aux autres, avec une mention spéciale pour l’UNI, syndicat étudiant qui attaque une ministre qui, selon eux, « se croit autorisée à bouleverser les règles de l’orthographe et de la langue française ». Bravo.

06Août 2014

J’ai pu remarquer depuis quelques années la récurrence de certaines fautes d’orthographe, des fautes qui reviennent plus souvent que d’autres, elles se partagent de la place dans notre mauvais sens commun de la bonne écriture.

Les dix fautes les plus courantes dans vos lettres de motivation ou CV

1. « Curriculum vitae » : on préférera l’abréviation C.V. ou CV sans ponctuation particulière.

2. « Centres d’intérêt » : avec un « s » aux « centres », pour ce qui est de l’intérêt vous n’en avez qu’un.

3. « Accueil » et non « acceuil ».

4. « Connexion » avec un « x » et pas « connection ».

5. « M. » et pas « Mr » (Mr est l’abréviation anglaise de « Mister »).

6. « Je me permets de… » et non « Je me permet » sans « s ».

7. « Mille » au lieu de « Milles », le mot est invariable, donc n’évolue pas en nombre.

8. « Avoir à faire » et pas « avoir affaire ».

9. «Un « envoi » et non « un envoie », étrangement la faute revient très souvent.

10. « Davantage » au lieu de « d’avantage », eh oui, c’est en un seul mot !

 

Pour éviter ces fautes, je peux vous renvoyer vers quelques bonnes pages pour bien rédiger votre lettre de motivation, ou tout simplement pour me contacter.

Un outil reste indispensable et devrait être distribué à chaque élève au collège, le Bescherelle.

12Juil 2014

Depuis quelques années maintenant que le tatouage se démocratise, j’observe avec passion et parfois avec effroi que les phrases en latin ont la cote. Sur ce point, en tant que professeur de Latin je suis très heureux que cette langue morte perdure sur des corps biens vivants. Si vous avez l’envie de vous faire tatouer une maxime latine pour la vie, prenez quelques secondes pour lire cet article.

 Plutôt que de vous faire tatouer n’importe quoi, renseignez-vous sur la signification et l’orthographe exacte des phrases que vous inscrirez à jamais dans votre peau, que cela soit à la suite de cet article ou autrement ; le laser, ça fait mal et ça coûte cher.

Je vais vous lister quelques grandes phrases en latin par ordre alphabétique, belles et philosophiques pour avoir l’air malin et pendant qu’on y est je vais vous les raconter, en quelques lignes, pour avoir vraiment l’air intelligent.

1. Carpe diem : Cueille le jour

Si on veut en ajouter des tonnes on dira même que cette phrase signifie Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain. C’est un extrait des Odes (I,11,8 en 23 ou 22 av notre ère). Le plus amusant c’est ce qu’il ajoute ensuite, quam minimum credula postero, il dit à sa femme, comme un conseil, et sois la moins crédule (possible) pour le jour suivant.

2. Odi et amo : J’aime et je hais
On imagine parfaitement ce tatouage porté sur les phalanges des deux mains « à l’américaine » Love/ Hate, une dualité antique s’il en est ; la phrase entière est Odi et amo. Quare id faciam, fortasse requiris (?), soit en français, J’aime et je hais. Ne me demande pas pourquoi, c’est le poète latin Catulle dans son œuvre que l’on nomme aujourd’hui Catullus 85 qui évoque cette similitude des sentiments antagonistes amour et haine à destination de sa maîtresse nommée Lesbia.

3. Dum spiro, spero : Tant que je respire, j’espère
C’est la très moderne expression « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir », Dum spiro, spero pourrait être une maxime de Cicéron issu de ses lettres à Atticus (ad Atticum, tome IV, lettre 10) : Vt aegroto, dum anima est, spes esse dicitur, sic ego, quoad Pompeius fuit, sperare non destiti. Comme on dit d’un malade, tant qu’il lui reste un souffle, qu’il y a de l’espoir, ainsi je n’ai cessé d’espérer, tant que Pompée fut en Italie.

Elle existe aussi chez Sénèque (Lettres à Lucilius, lettre 70, 6) : Itaque effeminatissimam uocem ilius Rhodii existimo, qui cum in caueam coniectus esset a tyranno et tamquam ferum aliquod animal aleretur, suadenti cuidam, ut abstinere cibo : Omnia, inquit, homini, dum uiuit, speranda sunt. Il y a, selon moi, une inconcevable lâcheté dans le mot de ce Rhodien qui, mis en cage sur l’ordre d’un tyran et nourrie là comme une bête, dit à quelqu’un qui lui conseillait le suicide par la faim : L’homme peut tout espérer, tant que la vie lui reste.

4. Fortis in arduis : Fort dans les moments difficiles
Citation latine d’auteur inconnu, très usitée, devise de la municipalité de Borough. Devise martiale, mais pas uniquement, aujourd’hui on peut l’utiliser pour dire que l’on survit à la crise !

5. Audaces fortuna juvat : La fortune favorise les audacieux
Il faut prendre des risques pour parvenir à ce que l’on souhaite. Cette locution nous vient du proverbe latin fortes fortuna juvat comme l’a reformulé Virgile dans l’Énéide (X, 284). Aujourd’hui on utiliserait plutôt cette formule sous les mots français La fortune sourit aux audacieux.

6. Nosce te ipsum : Connais-toi toi-même
C’est la base de la pensée du philosophe Socrate, grec à l’origine, « Gnothi seauton » (Γνῶθι σεαυτόν). Cette phrase est extraite d’un discours de Platon, le Charmide, associé à Socrate ce n’est pourtant pas de lui, c’est l’un des trois préceptes gravés à l’entrée du temps de Delphes, haut lieu de la pensée religieuse grecque dans l’antiquité. D’expérience, Delphes est un lieu superbe à visiter si jamais vous souhaitez associer tatouage et culture !

7. Memento mori : Souviens-toi que tu mourras
C’est une variante de ce qui était susurré par un esclave à l’oreille d’un général ou d’un empereur à Rome, lors d’un triomphe, Respice post te! Hominem te esse memento ! Regarde autour de toi, et souviens-toi que tu n’es qu’un homme ! En fait, dès l’antiquité, on pensait à un moyen d’éviter d’attraper la grosse tête !

8. Memento quia pulvis es : Souviens-toi que tu es poussière
Plus biblique que ça tu meurs, tu n’es rien au départ, alors ne crains rien pour ta mort. Mais on peut aussi l’imaginer comme une variante du Carpe diem, si tu n‘es que poussière, profite avant de redevenir poussière…

9. Omnia vincit amor : L’amour triomphe de tout
C’est dans le désordre le titre d’un très beau tableau du Caravage. Mais ici on fait plutôt référence à Virgile. En fait le tableau illustre aussi un des poèmes des Bucoliques de Virgile (églogue X, Gallus, v. 69): Omnia vincit amor et nos cedamus amori, l’Amour vainc tout et nous aussi, cédons à l’amour. Bucolique et fleur bleue.

10. Sapientia est potentia : La sagesse est pouvoir
Pour ceux ou celles qui souhaiteraient placarder sur leur peau cette maxime transparente en terme de sens, allez-y c’est assez original. Pas d’auteur particulier, une sentence générale, un proverbe dont le sens me semble véritable aujourd’hui encore.

11. Esto quod es : Sois ce que tu es
Pas d’auteur particulier pour cette sentence, une ligne de vie, utilisée et usée jusqu’à la corde. Entre autres utilisateurs on retrouve, les francs-maçons et le conseil régional de la Guadeloupe…

12. Semper Fidelis : Toujours fidèle

Si vous regardez un minimum de séries américaines, vous savez déjà ce que signifie cette expression, son sens profond, celui des Marines américains, mais c’est aussi la devise de Saint-Malo. On retrouve plus habituellement la réduction Semper Fi.

D’une manière générale les tatouages « avec un peu de latin dedans » sont des dates, de naissance, de mariage, de décès… Je vous renvoie donc vers cette page où vous pourrez composer vous-même vos tatouages en chiffres romains.

Vous pouvez bien sûr me contacter pour tout projet de traduction (payant).

28Avr 2014

Cela fait quelques semaines que l’idée me trotte dans la tête: proposer quelques heures de formation volontaire en code informatique au collège.

Le jeudi midi je proposerai donc après les vacances 45 min de formation autour du code informatique, une manière de faire comprendre aux élèves ce qu’il peut y avoir derrière leurs pages web préférées.

Dans certains pays européens, l’idée avance plus vite encore et l’on sait déjà que les Allemands et les Anglais proposeront une heure de cours par semaine en code informatique, création de petits jeux en ligne et autre construction de pages web.

On sait aujourd’hui qu’il sera nécessaire dans 10 ans que chaque jeune accédant au marché du travail ait des compétences en informatique; on sait aussi que 90% devront maîtriser la compétence du codage informatique de base.

Où est la littérature dans tout ça ? Même en littérature le code devient important, savoir se proposer, savoir se vendre et vendre ses écrits c’est aussi évoluer avec le temps, même en littérature.

Apprendre le code.

09Avr 2014

Her (elle)

Un homme du futur qui tombe amoureux d’un OS (Operating Système), a priori ce n’est pas un film qui m’intéresse lorsque je lis le synopsis.

Du point de vue de l’« écrivain public » je me devais tout de même d’aller y jeter un coup d’œil, car le métier du héros, justement, c’est écrivain public ! Par ailleurs j’aime assez les films d’anticipation, le genre de film où l’on vous dit comment le monde sera étrange dans moins de 20 ans. Souvenez-vous, « en l’an 2000 les voitures voleront toutes seules »…

Her, donc.

Déjà un petit aperçu du réalisateur, c’est Monsieur  Sofia Coppola, réalisateur de dizaines de clips pour des artistes aussi fameux que les Daft Punk, Kanye West, The  Beastie Boys et j’en passe. Spike Jonze est un réalisateur de génie déjà coupable de chefs-d’œuvre comme Dans la peau de John Malkovich ou Max et les Maximonstres qui, pour ce dernier, me trotte toujours dans la tête depuis sa sortie.

Dans Her, Jonze nous dresse un portrait subtil de la solitude supposée des Hommes dans un futur proche. Parfois amusant, attendrissant, triste et gai, le personnage de Théodore interprété par un Joaquin Phoenix au sommet de son art devient vite un compagnon dont on veut connaître l’avenir. Théodore travaille pour un site internet comme écrivain public, il écrit des fausses lettres manuscrites (il les dicte pour être très précis). Il est en cours de divorce et ne se remet pas bien de sa séparation, il ne sait plus comment séduire et cède à la facilité d’une amitié factice par l’achat d’un nouvel OS prêt à l’emploi. Samantha, la voix (celle de Scarlett Johansson, en vrai) est conçue pour évoluer en permanence, se choisit elle-même son prénom et s’immiscera tranquillement dans sa vie privée -et derrière la moustache de Théodore. On s’attend à une réécriture moderne du mythe de Pygmalion, mais … il faut savoir ménager le suspense.

La critique voilée de l’ultra connectivité moderne peut parfois s’avérer pesante, mais la photographie, la musique (oui, même la chanson de Scarlett Johansson !) et le jeu de Joaquin Phoenix font de ce film une véritable merveille. La solitude a rarement aussi bien été peinte au cinéma, la beauté des lumières et des détails forment un tout accompagnant l’univers parfaitement vraisemblable de cette anticipation dystopique.

  • 1
  • 2
css.php