Depuis quelques années maintenant nous avons droit à une réécriture passionnée de l’œuvre Holmes de Sir Arthur Conan Doyle, et certaines œuvres valent réellement le détour télévisuel. Je ne suis pas objectif, j’aime la littérature, les séries télévisées et les insomnies, d’ailleurs mon compteur de série (TVShowTime) m’indique ceci :

temps passé devant les séries tatouage sherlock elementary

Je vais retenir deux adaptations qui se prêtent à l’exercice de réécriture du canon du maître en littérature policière.

La première serait la série britannique de 2010 qui a révélé l’acteur Benedict Cumberbatch (qui comme son nom l’indique est un homme). Une réécriture moderne et espiègle du mythe de Sherlock avec grand renfort de SMS affichés à l’écran, de blog et d’usage d’internet. Watson lui, joué par Martin Freeman, est ici un ancien de l’Afghanistan, blessé de guerre et médecin, en proie à des troubles de stress post-traumatique. Du bonheur à l’anglaise, des accents gallois ou britanniques très prononcés et un merveilleux parfum de fish and chips. Dans cette série, on comprend que l’image d’un Sherlock abusant de substance ne sera jamais montrée, mais toujours supposée. Vous pourrez y retrouver tous les personnages principaux, Irène Adler, magnifique, et surtout un Moriarty  joué par Andrew Scott qui m’a fait oublier tous les autres Moriarty de l’Histoire littéraire.

La seconde est une série américaine de 2012 qui répond au doux nom d’Elementary (élémentaire !) et qui met là encore en avant le personnage principal et son acteur, Jonny Lee Miller.  Sherlock est, dans Elementary, un ancien drogué en sevrage, tatoué et monomaniaque. Le personnage de Watson est joué par Lucy Liu et devait au départ être le personnage principal de cette adaptation très moderne de Sherlock Holmes. Raté ! Jonny Lee Miller crève l’écran et démarre une carrière très attendue outre-Atlantique.

On comprend donc que l’œuvre de Conan Doyle surpasse le temps, les modes et les moyens de diffusion. Sherlock est plus vivant aujourd’hui qu’il n’a peut-être jamais été.

Holmes disait dans Le signe des Quatre : « Je ne me souviens pas d’avoir jamais été fatigué par le travail. En revanche l’oisiveté m’épuise complètement. « 

Et peut-être aussi plus tatoué que jamais donc :

tatouages Sherlock Holmes Elementary  Lee Miller

Pour ceux qui chercheraient un moyen de regarder l’œuvre écrite de Doyle, un petit tour à la Fnac (messieurs les libraires il faut arrêter avec la collection « bouquin », c’est trop cher !) au rayon policier, et vous trouverez 13 aventures pour 7€.

Bonne lecture.

About Pierre Legrix

Fondateur de Nonobstant, écrivain public à Nantes, je suis aussi professeur de Français, de Latin et de Grec dans la région nantaise. De formation Littéraire "Classique" j'apprends par moi-même l'informatique pour vous proposer ce site internet.

One Response to Sherlock Holmes, les tatouages et les séries télé.
  1. […] l’ai avoué dans un article précédent, je suis passionné par les séries télévisées, des heures, des jours et des mois dans mon […]


[top]

Leave a Reply

css.php